Salle 6

sala5

La peinture de l’Immaculée Conception, de l’église de S.  Francesco Monopoli et exposés dans le nouvel espace (de la chapelle de la  Séminaire) du musée diocésain, est datated 1588.
L’artiste, selon Graziano Bellifemine, « se trouve parmi les peintres  active à San Francisco entre 1570 et 1590. « La grande toile (3,45 x 2,12 mètres)) a de nombreuses différences de style.
La composition présente en son centre la figure de l’Immaculée Conception, dans sa raideur statique, ce qui contraste avec le mouvement des anges, dont les  mouvements nous renvoie à des formes primitives.
Au premier plan, jusqu’au pied de l’Immaculée, les deux saints  Francesco et Antonio sur les genoux et les portraits de l’acheteur  leur expression, semblent fascinés par la lumière intense de la composition de l’espace, déterminé par le blanc-transparent du ciel et des nuages, qui sont intégrer dans les fleurs et les chiffres, « legavit » où l’on peut lire les litanies des saints.
Même si le travail, n’est pas unie, elle révèle une finesse certaine couleur.  Très intéressante est la peinture de Saint-Vincent Ferreri, de l’église de San Domenico à Monopoli.  La composition harmonieuse avec le personnage central de la sainte, se termine avec les panneaux latéraux, qui décrit sa vie.
La composition est calme, candide et les résultats dans une relation équilibrée entre l’espace et la lumière.  La robe blanche de la sainte dominicaine est renforcée par le manteau noir que, ce chiffre dans un contraste fortement.
La peinture atteint une dimension unitaire par la couleur claire et transparente par le fonds qui inclut chaque élément de la composition et est trempé dans une lumière brillante.
Attribué à Fabrizio Fuller, le travail reflète le style 17ème siècle.  La peinture, au fond à gauche, les rapports de la date de 1605.
Trouvé par les Carabinieri, restitués au Musée diocésain, de la peinture représentant « L’incredulità di S. Tommaso, » est fièrement affiché dans le nouvel espace d’exposition du musée de Monopoli.

Ce tableau est une copie parfaite de la composition célèbre du Caravage, exposées au Musée de Sanssouci à Potsdam.
La toile est différente de celle du Caravage, d’une certaine diversité chromatique et révèle, pour les accents forts clair-obscur, (ce qui est typique du style du Caravage, du 17ème siècle), une solide performance dramatique.

Il est difficile de savoir qui a fait de cette «composition», le manque de documents qui affirment la paternité, est toutefois possible de l’attribuer à des peintres de l’école du Caravage exploitation d’un parc à Monopoli. La peinture quart de la Madonna del Rosario avec les Saints Francesco, Domenico et Caterina, a subi, malheureusement, les ravages du temps avant d’être exposés dans la nouvelle salle du musée diocésain.
Nous savons très peu de cette peinture. Révélé dans la représentation formelle, un  caractère maniériste et il est possible que la peinture pourrait être faite vers la fin du 17ème siècle.

sala-6